logo_ingenico
Accueil Rencontre avec Le Maillot
Rencontre avec Le Maillot

Rencontre avec Le Maillot

Parmi les clients ayant commandé des produits PCS mardi 14 octobre, un gagnant d’une enceinte Bose, telle était la promesse que vous voyiez sur les bandeaux de communication sur ce site. Chose promise, chose due : le gagnant a été tiré au sort et c’est… LE TABAC LE MAILLOT qui remporte le lot ! Situé non […]

Parmi les clients ayant commandé des produits PCS mardi 14 octobre, un gagnant d’une enceinte Bose, telle était la promesse que vous voyiez sur les bandeaux de communication sur ce site. Chose promise, chose due : le gagnant a été tiré au sort et c’est… LE TABAC LE MAILLOT qui remporte le lot !

Thierry Legros, directeur général d’Ingenico Prepaid Services, Seav-Eng et Chuun Quach, les deux soeurs gérantes du Maillot.

Situé non loin des locaux d’Ingenico, Le tabac Le Maillot s’est vu remettre jeudi 15 octobre son cadeau en mains propres (Covid oblige) ; l’occasion de réaliser une petite interview avec la gérante Seav-Eng Quach, l’une des deux soeurs gérantes.

Avec l’annonce mercredi des nouvelles mesures gouvernementales, tous les commerces devront fermer à 21h, et les tabacs ne font pas exception à la règle, contrairement à la période du confinement connu sur l’ensemble du territoire au printemps. Au tabac le Maillot, on ne se décourage pas et on cherchera de nouvelles solutions :

« On fermera à 21h, on rangera après et l’équipe rentrera ensuite avec une autorisation de déplacement pour le travail.  »

Cette fermeture est bien entendu très handicapante :

«  Nous allons avoir un énorme manque à gagner : le tabac fonctionne bien le soir car on est pratiquement les seuls ouverts aussi tard ; on travaille jusqu’à minuit depuis le déconfinement (avant, on fermait à 1h du matin), ce qui fait 3 heures [entre 21h et minuit] importantes pour nous en termes de chiffre d’affaires, notamment avec les ventes de tabac, les paris sportifs, la e-money, et les gens qui viennent faire leurs dépôts Nickel par exemple. Et côté Brasserie, nous perdons aussi la limonade et les repas associés aux diffusions de matchs de foot, par exemple.  »

Depuis le début de cette crise sanitaire la mesure prise hier est donc celle qui a le plus d’impact sur ce bureau de tabac parisien. Cependant, pas question de faire tomber le rideau contrairement à certains restaurants qui ont déjà annoncer fermer complètement leurs établissements durant les soirées.

« On a la chance d’avoir une offre assez complète avec le tabac, le bar, la restauration… On pourra donc servir les clients jusqu’à 21h au tabac, ainsi qu’à la brasserie. On a du personnel qui a besoin de travailler, donc on va développer des offres au niveau de la restauration qui permettront de s’adapter à ce couvre-feu. ».

Les patronnes ne comptent pas baisser les bras, et vont chercher à se réinventer, innover au maximum pour trouver des solutions en cette période plus que particulière :

«  Par exemple, si des gens veulent commander leur diner à emporter, ils pourront le faire en partant travailler le matin, et ils pourront venir récupérer le soir en rentrant à la maison, avant le couvre-feu. On va trouver des solutions et s’adapter.  »

Une chose est sûre, cette crise est pour les buralistes bien pire que celle des gilets jaunes. En tout cas pour Le Maillot :

« On avait travaillé quand même malgré tout ; certes il y a eu des jours où on a dû fermer parce que c’était dangereux, mais on a quand même travaillé. Le matin, on avait les gilets jaunes qui venaient chez nous pour consommer avant d’aller manifester. Ce sont surtout les casseurs qui nous ont gênés et l’idée qu’on soit dans un quartier chaud pour les manifestations ; on a dû fermer trois samedis dont deux programmés car on savait que ça allait être dangereux, et un où on a dû fermer dans l’urgence. »

De manière générale, l’établissement s’en est plutôt pas trop mal sorti pendant la crise des gilets jaunes ; la gestion de la crise actuelle est en revanche bien plus compliquée, sans doute car l’issue en est beaucoup plus incertaine, ce qui oblige à une grande flexibilité. Dans ce tabac qui appartient à sa famille depuis 17 ans, Seav-Eng Quach doit adopter une planification à la semaine avec ses équipes côté Brasserie et explique qu’il n’y a jamais eu autant de changements pendant toutes ces années. Alors que d’ordinaire, les changements concernent la carte ou les formules proposées, ce sont toutes les procédures qu’il faut constamment revoir en fonction de l’évolution des protocoles sanitaires ou des restrictions d’horaires et d’activités…

« Depuis le début de cette pandémie, on planifie au jour le jour. Nous devons être très flexible et adopter une gestion quasiment quotidienne par rapport à notre approvisionnement (afin d’éviter les pertes de marchandises qu’on a pu avoir lors du confinement), aux planning de nos équipes… Depuis février, on appréhende notre métier de manière différente : en sept mois, on a eu plus de changements que sur les cinq dernières années ! ».

Depuis le début de cette crise, le mois de mai a peut-être été le plus difficile : alors que le déconfinement aurait pu voir la fréquentation des bureaux de tabac s’améliorer, l’effet inverse s’est produit. En effet, l’établissement situé Porte Maillot a subi le manque de touristes à Paris et l’absence de congrès au palais des congrès situé à proximité.

Il y a donc de nombreux efforts à fournir pour ne pas baisser les bras et Le Maillot peut compter sur « une équipe courageuse et motivée ». Les employés et les patronnes se serrent les coudes, ce qui permettra, espérons-le de vivre au mieux cette crise.

Cette rencontre entre nos équipes et Le Maillot est aussi l’occasion de faire le point sur une relation de… 11 ans !

« On s’est rendu compte que chez Ingenico, les équipes sont très compétentes, très avenantes et au service de la cause des buralistes. En tout cas c’est ce que je ressens. C’est pour cela que nous travaillons ensemble depuis 11 ans. Il n’y a jamais eu de soucis, ou quand il y en a eu, ils ont toujours été résolus. Au fond, notre relation c’est ça : il n’y a pas de conflit, c’est toujours la recherche de solutions. »

Que pensez-vous du nouveau site Internet ?

«  C’est bien qu’il y ait le site maintenant ; ce site dédié aux buralistes pour les commandes, je pense que c’était nécessaire. Cela me donne de la flexibilité dans mon organisation et me permet de faire mes commandes à toute heure, 24h/24, ce qui est un vrai plus ! »

Nouveau site Internet, et nouvelles façons de communiquer, comme les SMS :

«  Les SMS c’est nouveau et je trouve ça bien comme ça j‘ai pu voir qu’il y avait des packs téléphones SFR en vente flash à 5€, ce qui est super intéressant. En plus on peut gagner des lots quand on commande, donc c’est très bien ! », nous répond l’heureuse gagnante de l’enceinte Bose.  

Ces actualités peuvent également
vous intéresser